Très chère opération Marhaba…

Face à l’inquiétude exprimée publiquement à l’occasion de l’opération Transit  par les MRE au sujet des tarifs jugés excessifs du transport par mer ou par air, le ministre de tutelle Mohamed Abdeljalil a sorti l’argument qui tue :  La loi de l’offre et de la demande ! La phrase magique, la bonne excuse que  bien des ministres dégainent plus vite que leur ombre pour ne rien faire et se complaire dans le confort de l’inaction. Cela les arrange évidemment  de se cacher derrière ce principe fondamental de l’économie alors  même  que celui-ci  n’est pas  le seul dans le contexte national  à faire véritablement  la loi sur le marché, battu en brèche par d’autres phénomènes en relation avec la spéculation, le monopole et bien d’autres pratiques  opaques.
La loi de l’offre et de la demande a été ainsi brandie par les ministres de tutelle de l’Éducation nationale pour ne pas agir contre les frais de scolarité scandaleusement élevés surtout qu’elles sont injustifiées (côté  qualité) pratiquées par  les écoles  l’enseignement privé. Ce qui a eu comme conséquence de se transformer en « en-saignement » pour des millions de familles dont une bonne partie du revenu est engloutie par cette dépense de plus en plus importante . Le même renchérissement  indu touche la valeur des biens immobiliers,  ce qui fait que l’heureux ou plutôt le malheureux propriétaire, qu’il soit issu de la couche défavorisée  ou de la classe moyenne, ces nouveaux pauvres, à payer un crédit immobilier durant toute sa vie. Des pans entiers de la population subissent au quotidien la flambée des denrées alimentaires (légumes, viandes, poissons…)  alimentée  souvent par  des méthodes  , connues de tous,  qui sont à mille lieues de la loi du marché. C’est ainsi que le citoyen se retrouve sur plusieurs services et produits livré au nom «  de la loi de l’offre et de la demande » à des lobbys voraces qui se fortifient du laxisme des pouvoirs publics et du règne de l’opacité dans leurs secteurs d’activité…
Or, les Marocains, victimes en fait du diktat du «  coffre et de la commande » retrouveront sans conteste du pouvoir d’achat rien qu’en veillant à l’application du juste prix d’une panoplie de produits et de services par la régulation du marché en amont. Il appartient au gouvernement de mettre le holà à cette cacophonie des prix qui contribue grandement à la vie chère et à l’exaspération sociale…

Contrairement à une idée reçue alimentée sans doute  par les transferts toujours en hausse des fonds des MRE, les Marocains du monde ne sont pas tous riches.


Mais pourquoi voulez-vous que les prix de la traversée du Détroit échappent à ce magnifique  laisser faire érigé en politique ? En bon responsable qui n’aime pas se mouiller,  le ministre  du Transport a donc préféré botter en touche pour ne pas avoir à se rendre la vie difficile  avec  un vrai sujet de préoccupation pour une bonne partie de la communauté marocaine  vivant à l’étranger. Une saignée surtout pour  les familles nombreuses qui doivent  casser leur tirelire pour venir se ressourcer  au bercail pendant la saison estivale. Il faut compter en moyenne  pour deux personnes avec  voiture entre 250 et 300 euros  le billet retour Algésiras-Tanger Med-Algésiras et près de 800 euros  pour le trajet Sète-Nador-Sète et plus de 1000 euros pour le parcours Barcelone-Nador-Barcelone. Imaginez le sacrifice financier que cela représente  pour une famille composée de 5  personnes ou plus. Une fortune.  Le  voyage en avion coûte les yeux de la tête surtout pour les vols long courrier  pour les Marocains vivant par exemple en Amérique du nord qui se plaignent eux aussi des tarifs exorbitants des billets d’avion.
Contrairement à une idée reçue alimentée sans doute  par les transferts  toujours en hausse des fonds des MRE,  les Marocains du monde ne sont pas tous riches.  Pour la plupart, il s’agit de personnes qui triment dur toute l’année pour subvenir aux besoins de leurs familles et connaissent des fins de mois de plus en plus  difficiles du fait des contrecoups de la crise qui sévit dans la zone euro. En un mot, le MRE qui roule sur l’or est un mythe…
Comme l’opération Marhaba  représente un marché captif qui génère un chiffre d’affaires colossal pour ses acteurs,  (près de 4 millions de passagers MRE et plus de 600.000 véhicules ont regagné les ports marocains en 2023),  il  y a moyen de négocier des tarifs préférentiels auprès des  transporteurs maritimes impliqués  dans  la traversée sur le Détroit. Tous étrangers ( espagnols ou italiens),  ces derniers sont en situation de quasi-monopole depuis que les compagnies nationales, victimes de faillite, ont déserté le marché. Raison de plus pour que les pouvoirs publics interviennent afin de protéger  leurs ressortissants d’une potentielle entente sur les prix en leur assurant des tarifs  adaptés à leur budget.  Il est vraiment navrant d’entendre certaines familles penser à renoncer leur projet de vacances au Maroc en raison de la cherté des billets  alors que d’autres envisagent l’option de séjours dans des destinations concurrentes jugées moins chères.

Dernières Actualités
Les plus lus
miraouir
Abdellatif Miraoui, ministre de l’Enseignement supérieur : La migration de nos médecins est un cancer
Zarro
Marchica Med devant la justice : Une lagune et des lacunes
chankou site
Mauvaise gouvernance dans toute sa splendeur
Al Amoudi
Litige de la Samir : Al Amoudi démasqué par le CIRDI ?